L’Ethiopie est un des pays les plus pauvre du monde que vous pouvez mieux connaître sur cette page. L’éducation y est donc un enjeux majeur et c’est pourquoi « Les amis de Reine de Miséricorde » (ARM ou Jeparraine.com) y parraine des enfants depuis près de 30 ans. A ce jour, c’est plus de 1300 enfants ou jeunes qui sont parrainés en Ethiopie.

Les parrainages scolaires en Ethiopie

La scolarité en Ethiopie est bien organisée et beaucoup d’enfants y ont accès. Cependant, les écoles dans les campagnes sont très rustiques et, dans plusieurs régions reculées, les enfants sont scolarisés très tardivement, compte tenu des temps de marche nécessaire pour atteindre l’école. Pour les familles les plus pauvres, notamment dans la région dite « des peuples du sud » la scolarisation est encore difficile.
Pour des familles démunies, le coût et la mobilisation d’un enfant scolarisé sont parfois rédhibitoires.
Notre association est concernée par deux grands groupes de familles qui ont des difficultés à scolariser leurs enfants.

  • Dans la Région Amhara, les enfants parrainés nous ont été présentés par les services sociaux qui connaissent les familles en difficulté et les enfants orphelins. Les parrainages ont souvent été mis en place pour les aînés, suite à un processus d’adoption pour les plus jeunes. Aujourd’hui, ces parrainages sont suivis pour nous par les Péres lazaristes éthiopiens et se situent à Addis-Abeba, Mekele, Dessié, Bahir Dar et Debre Tabor. A Mekele, il s’agit essentiellement de parrainage au sein d’une école catholique.
  • Dans le diocèse de Jimma Bonga (Sud-Ouest de l’Ethiopie), les parrainages ont été mis en place dans les paroisses catholiques auprès des populations les plus démunies et souvent parmi les tribus marginalisées du Sud.

L’école primaire élémentaire, après la maternelle, court du grade 1 (équivalent de notre CP) au grade 8 (équivalent de notre 4ème). Puis vient l’école secondaire (grade 9 et 10) à l’issue de laquelle un examen national permet l’entrée aux années dites préparatoires (grade 11 et 12) à l’Université ou l’orientation vers un cursus technique. Après l’examen de grade 12 d’entrée à l’université il faut atteindre un minimun de 333/700 pour les filles et 360/700 pour les garçons pour entrer à l’université. Le choix de l’université et du domaine d’apprentissage est coordonné par l’Etat et…cela ne correspond pas toujours aux choix présentés par l’étudiant ! Il existe aussi des collèges privés payants qui proposent des formations après le grade12.

Comment les parrainages fonctionnent-ils ?

Chaque enfant/étudiant reçoit une aide mensuelle à sa scolarité comprise entre 600 et 1600 birrs (monnaie éthiopienne), ce qui correspond à une fourchette de 20 à 55 euros en fonction de son niveau scolaire et de sa situation familiale. En contrepartie, il doit fournir ses résultats scolaires et indiquer tout événement intervenant dans sa scolarité.

Sur place, nous pouvons compter sur la coopération active de deux prêtres responsables chacun d’un grand secteur :

  • Abba Memheru est responsable des Pères Lazaristes d’Ethiopie. Il est basé sur Addis, secondé par Amina, et a en charge le suivi et les virements pour les secteurs d’Addis, de Mekele, de Bahir Dar, Debre Tabor et Dessié-Kombolcha.
  • Abba Samuel qui, depuis un an et demi, est le nouveau coordinateur des actions sociales du diocèse de Jimma Bonga et comprend 17 paroisses pour lesquelles nous sommes engagés dans un programme de soutien à la scolarité.

Dans le secteur Amhara, à partir d’Addis, les parrainages sont transmis par virement bancaire sur le compte du bénéficiaire ou de sa tutrice-tuteur.
Dans le diocèse de Jimma Bonga, les étudiants qui sont dans les villes, reçoivent leur parrainage par transfert bancaire. Pour les plus jeunes dans les campagnes éloignées, le parrainage est donnée en cash. Petit à petit dans les villes comme jimma et Bonga, le système par virement bancaire est systématisé.

Les parrainages, mis en place depuis plus de 15 ans ont vraiment soutenus les jeunes et leur famille et ont permis à nombre d’entre eux de se former et trouver un travail satisfaisant au sein de la société éthiopienne. Les bénéfices sont réels. Ils sont réellement un levier vers la possibilité d’étudier et de participer au développement de l’Ethiopie. Aujourd’hui de nombreux jeunes parrainés sont formés dans les collèges ou les Universités. Par ailleurs, le parrainage permet un accompagnement du jeune quand cela est nécessaire par le responsable local.

Environ 250 parrainés (sur les 1200 que nous soutenons) ont des liens de familles avec des enfants adoptés par notre association ERM. Pour ceux-là aussi, le parrainage a permis de maintenir ou mettre en place une scolarité qui n’aurait été possible compte tenu du dénuement des familles. Il a aussi permis de garder un contact et d’échanger des nouvelles souvent si précieuses.

Chaque année, nous recevons de la part de nos partenaires éthiopiens un bilan de l’année écoulée pour chaque jeune ainsi que ses résultats scolaires. Ils sont transmis à la famille qui le parraine par email. A noter que le calendrier éthiopien ne suit pas le calendrier international et que, sur les document scolaire du primaire, la date est celle usitée en Ethiopie : le début de l’année se situe en septembre ; il y a treize mois dans l‘année (douze de 30 jours et un de 13 jours) ainsi le 12 septembre 2018 démarrait l’année scolaire 2011 pour le calendrier éthiopien ; dans les rapports nous notons 2011 e.c.

Fermer le menu