Parrainer c’est tout simplement partager un peu de son superflu quand des enfants n’ont pas le minimum vital.

Être fraternels et humains

Est-il encore nécessaire d’évoquer les terribles inégalités entre pays riches et pays pauvres, qui non seulement perdurent mais s’accroissent chaque année. Bien sûr selon l’analyse que l’on fait de la situation on pourra considérer que l’on y est pour rien, que chaque jour nous avons notre propre lot de souffrances personnelles ou familiales à porter.
On pourra rejeter la responsabilité de la misère sur les dirigeants des pays en voie de développement, sur les sociétés multinationales, sur le néocolonialisme capitaliste… On pourra au contraire se sentir responsables de tout et développer des tas de culpabilités. Il ne s’agit pas pour nous de nous situer sur ce plan. Nous voulons tout simplement être fraternels et humains.

La réalité : une insulte à l’humanité…

Selon les termes de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (O.N.U. 1989), tous les enfants du monde ont les mêmes droits. Ce texte ne peut pas rester lettre morte.
Or la situation aujourd’hui de millions d’enfants de part le monde est une véritable insulte à l’humanité. Ainsi savez-vous que :

  • Des millions d’enfants africains n’ont, ni toit sur la tête, ni nourriture quotidienne, ni vêtements sur le corps.
  • Plus de 30% des enfants éthiopiens et burkinabés de moins de 5 ans souffrent de malnutrition.
  • 15 millions d’Africains sont morts du Sida, laissant très souvent des enfants orphelins.
  • On a estimé à 500 000 le nombre d’enfants vivant d’expédients et de petits boulots dans les rues d’Addis Abeba.
  • Le taux de fréquentation de l’école primaire est de 65% en Ethiopie et 52% au Burkina Faso.
  • Le taux de fréquantation de l’école secondaire est de 16% en Ethiopie et 19% au Burkina Faso.
  • Des millions d’enfants sont victimes de la prostitution, du travail forcé.
  • Le revenu moyen mensuel est de 30€ pour un éthiopien, 50€ pour un Burkinabé, 3070€ pour un français, soit 100 fois plus qu’un éthiopien.
 

Ce n’est pas une fatalité !

Cela doit-il être une fatalité ? Non ! Car nous pouvons changer cela, là où nous sommes, sans effort particulier si ce n’est un geste de partage. En effet l’un des moyens les plus sûrs et les plus efficaces pour lutter contre le phénomène de la rue, l’analphabétisme, la malnutrition… est de parrainer un enfant.

Et il n’en coûte que 30 € par mois, soit 10,20 € nets après déduction fiscale !

Je veux parrainer maintenant !

Pourquoi parrainer avec ARM ?

Les Amis de Reine de Miséricorde (ARM – Jeparraine.com) est une petite structure. Les membres du conseil d’administration sont eux-mêmes parrains et visitent régulièrement les pays que vous soutenons, l’Ethiopie et le Burkina Faso. Ils y rencontrent nos partenaires et aussi la plupart des enfants ou jeunes parrainés. Ces échanges permettent de bien comprendre les besoins en fonction du contexte local, d’évaluer les difficultés, de constater les résultats, de faire évoluer le mode de parrainage si nécessaire.

ARM n’a qu’une seule salarié à temps plein. Elle est nécessaire pour gérer au quotidien les parrainages comme les relations avec les donateurs. Les autres frais, dépenses de bureau, communication, voyages, commisariat aux comptes, sont réduits au minimum requis pour un travail éfficace. Ainsi 90% des dons reçus sont effectivement remis aux bénéficiaires.

Fermer le menu