L’association « Les Amis de Reine de Miséricorde », fondée en 1989, a pris son essor au cours des années suivantes, grâce au soutien actif des familles adoptives de l’Organisme d’Adoption « Les Enfants de Reine de Miséricorde ». Cela s’est assez rapidement traduit par le désir de certaines familles de constituer des dynamiques locales, plus efficaces, plus imaginatives, sous le couvert d’une association de proximité, partenaire de ARM.

Ces associations locales sont bien reconnues dans leur environnement, plus que ne pourrait l’être ARM. Elles ont généralement choisi un projet à soutenir parmi plusieurs qui leur étaient proposés. Selon les cas, les fonds collectés au travers d’actions multiples et variées sont versés directement sur place, ou transitent par ARM. Quelle que soit la formule adoptée, tous contribuent à nos objectifs communs en faveur des enfants d’Ethiopie et du Burkina Faso. La dimension humaine que ce type d’organisation permet de maintenir, correspond bien, nous semble-t-il, au visage que nous voulons donner de l’action humanitaire. Il n’y a de vrai richesse que dans la relation entre les hommes.

Que tous les acteurs de ces associations partenaires soient remerciés et encouragés dans la pérennité de leurs efforts. Nous n’oublions pas, même s’ils ne sont pas listés ci-après, les comités d’entreprises, associations familiales, les nombreuses classes et écoles, qui se mobilisent collectivement autour de divers projets. N’hésitez-pas à nous contacter si vous avez un projet en tête !

L’association Soleil d’Ethiopie a été créée en 2001 par
Élisabeth & Jean-Louis Belet afin de construire et financer une école pour les enfants de la rue à Djimma : de 30 élèves au départ, ils sont environ 500 aujourd’hui !

L’association s’engage régulièrement dans la région du Kaffa : internats pour jeunes filles ; moulins à grains ; achats de terrains et de bétail ; réservoirs d’eau…

L'école de Djimma en 2019
L’école de Djimma en 2019

L’association SOLAÉ (Solidarité Anjou Éthiopie) a été créée en 2012. Elle a pour but de venir en aide aux enfants d’Éthiopie en situation très précaire.

Comme SOLAÉ ne souhaitait pas avoir ses propres structures, sur place, en Éthiopie, son conseil d’administration a souhaité faire transiter toutes ses opérations et toutes ses actions par une association-mère. Pour cela, et pour des raisons historiques, il a choisi ARM. Il a par ailleurs défini la philosophie de ses actions : ne pas entreprendre de grands projets onéreux dépassant les capacités de ses membres, mais intervenir au cas par cas, en fonction des ressources dégagées en France. Il a aussi choisi trois axes d’action en Éthiopie, auxquels il se tient rigoureusement :
1- l’aide aux personnes : enfants, jeunes, mais aussi familles en charge d’enfants ;
2- l’aide à des structures : écoles, orphelinats, centres d’accueil… ;
3- l’incitation à des parrainages d’enfants par les membres de l’association.

Rencontre avec des enfants parrainés à Addis

Actions récentes en Ethiopie

1- l’aide aux personnes : SOLAÉ a pris en charge :
• l’hébergement, près de son établissement scolaire, de Kalid Umer, jeune né sans bras ni mains ;
• les soins, de Mistre Molla, jeune fille souffrant d’une fistule ;
• l’opération chirurgicale de Mikyas, enfant de deux ans, atteint d’hydrocéphalie ;
• la prise en charge d’une partie du relogement de la grand-mère d’Ikele Yilma, enfant parrainé, dont la maison avait été rasée pour permettre le passage du tramway d’Addis Abeba.

Kalid Umer écrivant avec son pied
Mikyas, enfant de deux ans, atteint d’hydrocéphalie

2- l’aide à des structures : écoles, orphelinats, centres d’accueil… ;
• aide à l’école de Finote Selam, pour l’achat d’une bibliothèque et de documents pédagogiques ;
• aide au centre OHTC (One Heart Therapeutic Center, dit Maison de Mena) qui accueille de jour des enfants lourdement handicapés, comme Mikyas. Ces toutes dernières années, la majorité des sommes envoyées l’ont été pour la Maison de Mena.

3- les parrainages : actuellement, près de 60 enfants ou jeunes, de la maternelle à l’université, sont parrainés par des adhérents de SOLAÉ, ce qui leur permet d’être scolarisés et suivis tant dans leur parcours scolaire que dans leur situation familiale. A noter que nous les rencontrons individuellement chaque année.

Sources de revenus en France pour alimenter les actions en Éthiopie

1- les cotisations des adhérents : 10 euros par personne ;
2- les dons : soit à l’ordre de SOLAÉ, soit directement à l’ordre d’ARM, pour ceux qui désirent un reçu fiscal (5000 euros en 2018, dont un don exceptionnel de 3000 euros) ;
3- le ramassage et la revente de papier : journaux et magazines (1725 euros en 2018) ;
4- la vente de vins d’Anjou, avec remise faite par le viticulteur (1150 euros) ;
5- un concert de chorales (1055 euros) ;
6- des présentations de notre association dans des établissements scolaires, suivies d’actions entreprises par les élèves (1560 euros).

Actuellement, l’association compte environ 220 adhérents et son bureau est composé ainsi :
Président : Gérard Galand
Vice-présidents : Pierre Vergneau et Stéphanie Moreau
Secrétaire : Armelle Germain
Trésorière : Marie-France Rousseau.

Siège social : 2 Chemin de Ronde – Châteauneuf-sur-Sarthe – 49330 Les Hauts-d’Anjou
Téléphone : 02 41 69 42 17
Adresse courriel : solae49@orange.fr

Claviers en Poitou est une association créée par Pierre Fournel, grand amateur de musique, qui organise régulièrement des concerts dans sa propriété de Bonneuil-Matour. Etant lui-même membre du conseil d’administration d’ARM, il propose aux auditeurs de faire un don à notre association, en particulier au bénéfice de la Maison de Mena, projet initié par lui.

Comme il le cite lui-même : L’art est plus court chemin de l’homme à l’homme (André Malraux).

Contact : claviersenpoitou@gmail.com

Tana Quest organise des manifestations sportives (trails, raids) et culturelles. L’un des fondateurs, parent adoptif d’un garçon éthiopien, a proposé que ces événements soient aussi l’occasion de collecter des fonds au bénéfice des enfants d’Ethiopie.  Le soutien à des associations à caractère humanitaire ou caritatif, notamment le parrainage d’enfant, est ainsi devenu aussi l’objectif de l’association.

L’association TANA QUEST est alors créée officiellement le 5 février 2011 :
– TANA en référence à l’Éthiopie, il s’agit du plus grand lac du pays au bord duquel se trouve l’orphelinat où a été recueilli leur fils
– QUEST en référence à la recherche d’aventure, au challenge, à la course mais aussi à la recherche de fonds en solidarité avec les enfants en détresse.

Vendée-Ethiopie a été fondée en 2010 par des parents adoptifs d’enfants éthiopiens pour aider des enfants en Ethiopie, tout particulièrement en soutenant des écoles dans la région de Bonga (Sud-Ouest de l’Ethiopie).

En effet, donner à un enfant les moyens d’étudier, en lui donnant accès, gratuitement, à une école, en finançant les fournitures nécessaires, et en le nourrissant pour qu’il puisse étudier correctement, c’est lui assurer un avenir, c’est lui permettre de sortir de la misère et lui offrir la possibilité de devenir, un jour, autonome en ayant un travail. Un enfant contraint de travailler pour se nourrir et aider sa famille ne sortira jamais de la misère dans laquelle il est né.

Pour récolter des fonds, l’association Vendée-Ethiopie organise ou participe à des manifestations (fête de la musique, repas éthiopien, spectacle comique, concert…). Hormis les frais de fonctionnement de l’association (location de salle, assurance…), l’intégralité des sommes récoltées lors des manifestations est reversée à l’école de Bonga aux écoles soutenues.

Layidou est une association vendéenne, à but non lucratif, qui agit en Afrique pour améliorer les conditions de vie des enfants, des jeunes et des familles les plus démunis, dans les domaines de l’éducation et de la santé.

Fermer le menu