Lettre ouverte aux donateurs et parrains ARM – Juin 2020

You are currently viewing Lettre ouverte aux donateurs et parrains ARM – Juin 2020

Nous avons lu avec attention trois articles récents de la revue “Causette” (Mai 2021) à charge contre ERM et ARM. Ces articles sont centrés sur des témoignages de jeunes adoptés qui ne peuvent que bouleverser le lecteur. Les rédacteurs les utilisent en discréditant l’oeuvre d’adoption ERM et l’association de parrainage ARM.

Agir pour lutter contre l’injustice de ce monde, c’est prendre des risques. Ces risques, ce sont ceux qu’ont pris les nombreuses personnes bénévoles d’ARM pour apaiser la souffrance d’enfants vulnérables en tentant de leur offrir un avenir meilleur. Lever des fonds, trouver des partenaires, des familles, contrôler, informer les donateurs… des milliers d’heures offertes par ces bénévoles avec pour seul espoir de voir ces jeunes à l’avenir plus qu’incertain faire de leur rêve une réalité. Devenus médecins, ingénieurs, professeurs, artisans, artistes, chauffeurs, pères, mères,… ces jeunes trouvent leur place dans la société malgré le peu de chance dont, à leur naissance, ils héritaient. Leurs témoignages n’apparaitront pas dans ce journal, ils n’ont rien de “sensationnel”. En mettant le doute dans l’esprit du lecteur donateur qui lira les articles, c’est aussi cette chance offerte d’un meilleur avenir à ces enfants vulnérables qui peut disparaitre.

Le risque de ces bénévoles, c’est d’accepter la dure réalité: ils n’arriveront pas à les aider tous… Il y aura des histoires dramatiques, ce sont les témoignages qu’utilise le journal… Tout en les regrettant avec douleur, les bénévoles savent qu’ils ne sont pas des généralités et, avec courage, ils continuent leur engagement. L’instabilité des administrations, les réalités locales, la trahison et la cupidité de certains intermédiaires, la corruption, … sont des pièges que ces bénévoles ont du découvrir, affronter et dépasser.

Il est facile d’abimer et salir ceux qui osent agir pour, à leur mesure, réduire cette fracture nord-sud entre pays riches et pays pauvres. Ce sont des gens ordinaires, sans pouvoir, ni autorité et qui, ensemble, ont décidé de rétablir un peu d’équilibre. N’oublions pas ces jeunes qui, au péril de leur vie, prennent le risque de quitter leur continent pour trouver un meilleur avenir. Faut-il rester passif ?

Il est plus difficile de dénoncer cette injustice politique criante de l’absence de partage de nos sociétés d’abondance avec ceux qui n’ont rien. Ceux qui les dirigent y sont puissants, haut placés, dangereux… Pourtant, la vrai solution est dans ce partage: nul besoin d’adoption internationale ni de parrainage si la richesse est équitablement répartie entre les peuples, qu’elle permet des administrations pourvues de moyens et distribuant des aides sociales nationales à ceux qui en ont besoin.

Le journaliste, pour faire sensation, utilise des mots violents et attire le lecteur: “scandale”, “parrains escroqués”… mais ces mots deviennent des crachats envoyés aux visages de tous ces bénévoles désintéressés qui ont osé s’engager dans cette action caritative vers des enfants vulnérables depuis tant d’années.

Oui, il y a peut-être eu des intermédiaires cupides, peut-être que parfois nous avons tardé à réagir, mais laisser planer le doute sur la culpabilité de l’association est une insulte pour toutes les personnes qui se sont engagées des années bénévolement.

Le méritent-ils ?

Le conseil d’administration d’ARM

Jean-Jacques et Anne Bresnu, vice-président d’ARM depuis plus de 20 ans
Laure Foucaud, présidente d’ARM depuis octobre 2018
Olivier Siard, trésorier
Pierre Fournel, secrétaire
Marie Alyette Fournel
Caroline Deschryver



Valérie Remande
Véronique Le Gars
Christine et David De Almeida
Bruno Vernier
Ulysse Le Gars
François Vivier, Président de ERM

La publication a un commentaire

  1. Jean-Luc MICHONNET

    Honte à la revue “Cauzette” qui vient salir la philosophie et l’action d’ERM et ARM ! Son but est sans doute de faire le “buzz” pour avoir plus d’audience !
    Nous avons adopté 2 garçons il y a 12 ans et savons que ce placement était pour leur assurer un avenir. Nous parrainons aussi et continueront de parrainer 2 adolescents éthiopiens, quels que pourront être les commentaires de ce torchon.
    JL Michonnet, père de Raphaël-Fitalow et Yanis-Yibeltal

Laisser un commentaire